Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 11:42

Analyses et commentaires de Roger DOLLEANS sur la situation mondiale

En rouge gras : les commentaires de René BARSI à la lecture du texte et de l'analyse de Roger DOLLEANS.
En jaune : les passages du texte de Roger DOLLEANS dont René BARSI a souhaité souligner l'importance
.



Relativement au communiqué de l’IDSF
Bien sûr, on peut comprendre que cette fédération veuille absolument présenter un aspect aussi « sportif » que les autres fédérations membres du C.I.O. et qu’elle se sente obligée d’appliquer les règlements, en particulier l’antidopage qui revient très souvent dans l’explication du Président Freitag. (Vendeur de chaussures)Toutefois, il semble que, compte-tenu de l’historique des danses de compétition et de ce qu’elles doivent à la Grande Bretagne (en premier lieu d’exister, ensuite d’être codifiées, enfin d’avoir été répandues dans le Monde Entier), il aurait dû être possible d’aboutir à une réglementation qui prenne en compte les règles Britanniques, ce qui aurait sans aucun doute amené cette Nation à adhérer aux règles internationales.
En outre, s’agissant de Danse (même sportive elle doit rester artistique) la question du dopage est sans doute moins importante que quand il s’agit de monter de fortes pentes à vélo dans les étapes de 200 km du Tour de France ? Et il est permis de penser que sur ce point, qu’on aurait pu obtenir un accord du WDC, au moins sur le principe.
Il y a quelques années le Président WDC Karl Breuer avait préparé un accord avec l’IDSF, accord qui créait la World Dance Fédération, qui aurait réunit danseurs amateurs et danseurs professionnels par l’adhésion à l’IDSF du Comité Sportif du WDC. Cet accord n’a pas été ratifié par le General Meeting du WDC, on peut comprendre pourquoi : le geste aurait été unilatéral et le WDC (L'AMDF étant son membre affilié pour la France) n’obtenait rien en échange. Dans ce projet d’association il aurait fallu prévoir que le WDC, qui représente la compétence technique, aurait reçu la responsabilité de la formation des enseignants, entraîneurs et des juges, et le projet aurait probablement été mieux accueilli au WDC.Et un tel accord aurait été on ne peut plus logique puisque pendant des décennies, le WDC (ex ICBD) et l’IDSF (ex ICAD) se partageaient le monde de la danse de compétition par convention officielle signée des deux parties.
Bien sûr, il a eu des entorses à cet accord, mais elles sont venues des deux parties, et même si elles étaient devenues inévitables par suite de l’évolution du contexte, elles n’auraient pas dû transformer deux anciens alliés en nouveaux ennemis.

Relativement au communiqué du WDC

S’agissant de l’Allemagne

La situation était exemplaire puisque la fédération professionnelle WDC (DPV) avait adhéré à la fédération amateur IDSF (DTV) : et lorsque la politique IDSF, pour quelque raison que ce soit, a incité le DTV à créer en son sein une branche professionnelle, c’est cette fédération amateur DTV qui s’est objectivement rendue coupable de manquement aux accords signés et cela ne pouvait amener que la démission du DPV. On aurait pu espérer que l’IDSF aurait tenu compte de cette situation dans sa politique et ne pas mettre en porte-à-faux la fédération professionnelle allemande dont l’attitude était pourtant un modèle que l’IDSF aurait dû souhaiter généraliser ? Il sera désormais bien difficile, pour quelque raison que ce soit, de demander aux fédérations professionnelles de croire aux accords signés avec leurs homologues amateurs
S’agissant de la Grande-Bretagne

C’est la Nation Mère de la Danse de Compétition. Elle l’a créée de toutes pièces, l’a codifiée, l’a fait évoluer, et l’a répandue dans le Monde Entier (Avec la France de l’époque de David, Ronnaux, Meyer, etc) on peut se rappeler des « tournées » organisées par Bobby Short par exemple dans toute l’Europe (il s’arrêtait en France pour y prendre au passage l’un de nos couples qu’il emmenait avec les autres …), des voyages d’initiation organisés par Dance News (John Leach) en Chine (en 1981 j’ai pu constater de visu que les Chinois n’avaient jamais vu cette forme de Danse, et voyons où ils en sont maintenant !!!). Les professeurs Anglais ont voyagé inlassablement jusqu’au Japon par ex. pour y répandre la bonne parole (la bonne technique).Alors, bien sûr, ce n’est pas une raison pour que ce pays ait le droit d’appliquer des Règlements différents de ceux de la Fédération IDSF, mais cette dernière aurait peut-être pu ne pas travailler en vase clos et s’entendre avec les créateurs (Danse artistique) du Sport qu’elle veut gouverner ?
Ca aurait réellement été ça, travailler pour l’avenir de la Danse…Et cela n’aurait pas interdit aux danseurs de tous les pays de venir participer aux plus belles et prestigieuses compétitions du Monde !
Je me demande sincèrement si les responsables qui ont pris cette décision ont eux-mêmes un jour dansé ??? À Blackpool ??? Si c’est le cas, c’est incompréhensible !

Conclusion (provisoire)

Il semble bien qu’il soit trop tard pour voir les adversaires d’aujourd’hui s’asseoir à la même table et s’engager à coopérer pour un avenir commun de la Danse de Compétition.
Et pourtant il aurait réellement été souhaitable de regrouper tous les compétiteurs dans la même fédération internationale, pour peut-être aboutir un jour, comme au tennis par ex., à ce que les « professionnels » soient réellement les meilleurs, et non pas ceux qui le décident…
Et d’un autre côté, il aurait réellement été souhaitable de confier la formation des entraîneurs et surtout des juges à un organisme objectivement compétent
(L’AMDF existe depuis 1905), ce qui nous éviterait sans aucun doute d’en arriver comme actuellement à des compétitions où les meilleurs résultats sont obtenus par les couples qui courent et sautent le plus, et non à ceux qui dansent le mieux (Ou est la musique dans tout ça ???) Et honte à ceux qui affirment que c’est  "la danse d’aujourd’hui !"
(Ils devraient un petit peu plus : voir, assister aux compétitions professionnelles !!!)Mais bien sûr, c’est sans doute cette évolution pernicieuse qui peut rendre ce fameux contrôle antidopage nécessaire, car là, pour couvrir le plus de terrain en sautant, il peut être très utile de prendre « des fortifiants » alors que bien danser est plus une question de travail technique, et d’expression artistique !

Partager cet article

Repost 0
Published by bulle - dans infos
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : two for danse : la danse Autrement.....
  • two for danse : la danse Autrement.....
  • : La Danse dans tous ces états! la vie au sein du club "two-for-danse", des groupes loisirs aux compétiteurs, des tous petits aux plus grands...les projets, les envies, les rêves de danseurs...Quand la danse devient l'école de la vie...
  • Contact

Recherche

Catégories